mardi, décembre 19, 2006

La chevauchée fantasque.

Je pense à nous tous. A là où je vais, qui est là où je veux aller.

J'ai peu de moyens de savoir les destinations où je pourrais vouloir aller, et je suis certain d'arriver là où mes envies m'auront porté. J'entends la nécessité d'éclaireurs. J'entends caracoler une harde forcément libre -où iraient entravés les chevaux de l'envie?- qui galope au-dessus de ma tête, partie découvrir le terrain. Elle reviendra plus forte, plus expérimentée, et égards dûs à sa brillance elle sera soignée.

L'école de l'envie n'est-elle pas une école de la vie? Un cours élémentaire?

1 Comments:

Anonymous jene said...

Bien escrito y con buenas ideas...Qué más se puede pedir?
Bravo!

décembre 22, 2006 5:27 PM  

Enregistrer un commentaire

<< Home